• Accueil
  • > Archives pour janvier 2007

Archive pour janvier 2007

La magie de la boîte à transpirer

Mercredi 31 janvier 2007

La magie de la boîte à transpirer dans voyage lobster

Etonnant vous-allez me dire d’avoir réussi jusqu’ici à parler de la Finlande sans même avoir écrit un seul article concernant la fameuse boîte à transpirer! Une invention pour se faire du mal comme si la nation avait un petit côté masochiste car pour activer la sudation, on se fouette le corps avec des brindilles de bouleau (vihta). Remarquez, il vaut mieux ca que des chaines métalliques ! Selon la maxime populaire: « La première année, le Finlandais construit son sauna, la seconde année, il construit sa maison autour » mmm…on a connu les Finlandais tout de même plus travailleurs!

   sonoma-l dans voyage

Par un hiver particulièrement long, frisquet et sombre un homme (qui n’était pas Finlandais) s’est levé un dimanche matin et a regardé son thermomètre -22º C, alors qu’il s’apprêtait à sortir pour son jogging matinal, il a hésité.  « c’est pas possible, il doit quand même exister une autre alternative pour suer que de courir en polaire et en Damar avec un bonnet et des moufles en laine !». Comment rendre ce processus plus alléchant auprès de la nation Finlandaise? Après avoir « googlé »(ben oui parce que les Finlandais ont toujours été en avance technologiquement parlant!) « boîte à transpirer », il a décidé de s’en inspirer et a alors décidé qu’on s’y rendrait à poil pour y parler boulot, amour et problèmes et que si on a un p’tit creux on y grillerait quelques saucisses et on y boirait de la bière pour se désaltérer. On en sortirait tout propre, si avec ca les finlandais ne se l’arrachaient pas, on ne voyait pas trop ce qu’ils voudraient de plus!» 

« Et puis si on a trop chaud on ira se jeter depuis le ponton dans l’eau glacée et j’appellerai ca l’avanto! » Et là je n’ose même pas penser à cet adage Finlandais qui dit: » Au sauna, conduis-toi comme à l’église! », depuis quand on « barbecute » des chipolatas dans les églises Luthériennes? Selon moi le Finlandais a un jour décidé de prouver au monde entier qu’il ne boit pas sans raison. Le pays abonde de lacs, les étés n’ont franchement rien de caniculaires, le seul moyen d’avoir soif il fallait l’inventer. Ainsi pour justifier sa déshydratation, et par la même occasion une consommation d’alcool démesurée, la boîte à transpiration qui l’OBLIGE à boire fut créée! Les voitures ont bien leur boîte à gants, la Finlande elle, a sa boîte à transpirer qui fait la fierté du pays!  Etre Finlandais ca se mérite, et le rituel du sauna par lequel il faut souvent passer pour socialiser et se distraire avec ce peuple est là pour nous le rappeler. Après un sauna à 110ºC on a le sex-appeal d’un lombric en état de décomposition. Nos poils du nez ont pris feu, nos piercings ont fondu, notre peau s’empourpre, on se sent aussi fringant qu’un homar ébouillanté dans une casserole. Savons traditionnels, gants de crins, rien n’égale l’efficacité du processus. Consolation de cette souffrance momentanée: un corps purifié, des pores décrassés de toutes toxines néfastes, une peau certes traumatisée par le choc des températures mais l’important c’est de se sentir ultra propre! Partager la transpiration de 10 autres popotins et d’aisselles velues me laisse dubitative quant aux effets hygiéniques et bienfaisants des saunas publics/communs. A l’origine le sauna était le lieu d’accouchement, le lieu de guérison des maladies. En cas de guerre, ca nous rassure de savoir que toute la population Finlandaise peut tenir dans les saunas (env. 2 millions) pour s’y réfugier!

  NoNoise%2520(75dpi%2520Name%2520In%2520Circle%25203-21-05)Selon les règles de la boîte à transpirer enseignées dès l’enfance, il ne faut pas y être bruyant, ni y prononcer des grossièretés, il ne faut pas raconter n’importe quoi, ne pas y émettre de pets ou y faire du remue-ménage, j’en connais quelques uns qui ont du faire l’école buissonnière! Une chaleur de 80-90ºC suffit bien à décontracter les muscles, à apaiser les esprits, la seule chose que je regrette c’est que les femmes peuvent rarement s’y rendre spontanément parce qu’il requiert l’incontournable séance de démaquillage auparavant si on ne veut pas ressembler à Lordi et que les camouflages saunaproof c’est comme les Finlandais qui ne blasphèment… pas ca n’existe pas.  Selon les médias qui ont toujours tendance à embellir les choses, on ressemble à ca après un sauna: 

115490H

Selon moi on ressemble plutôt à ca, et avec moi vous n’avez rien que la vérité, toute la vérité, je le jure!

Timo Kaukonen, le vainqueur Finlandais du Championnat du monde de sauna en 2003 après y avoir passé un temps record de 16 minutes et 15 seconds à une température de 110ºC.

sauna2

Les superstitions en Finlande aujourd’hui

Dimanche 21 janvier 2007

Les superstitions en Finlande aujourd'hui dans voyage PAA185000012

Précurseurs de malheur ou de bonheur, les superstitions toujours farfelues pervertissent l’esprit et s’en débarrasser relève parfois de l’exploit. Ici les amis s’invitent davantage à boire le café que pour se délecter ensemble autour d’un dîner qui ne se termine pas. Cependant même s’il ne s’agit que d’un court moment, il est de coutume de présenter à ses invités une table garnie de 7 sortes de collations. On dit que le café froid rend belle, que s’il est chaud la maîtresse de maison est en colère. Que sur la surface du café il est possible de présager la situation financière, si la mousse s’accumule au bord de la tasse c’est bon signe. A table passer le sel à quelqu’un d’autre porte malheur, en revanche trouver l’amande dissimulée dans le porridge porte bonheur. 

Alors que des amis Finnois venaient fraichement d’être parents, un réflexe m’a poussé à demander le prénom du bébé sans savoir évidemment que révéler le p’tit nom de la progéniture avant un baptême officiel porte malheur! Le pourquoi je n’en sais rien mais il paraît que deviner le futur prénom du bébé fait partie des nombreux jeux organisés lors des « babyshower ». Si une invitée réussi à deviner, la future maman se doit alors d’avouer, si ce n’est pas le cas, chacune devra attendre le baptême du bambin pour connaître son prénom. Oui moi aussi je me suis posée cette fameuse question: mais comment appelle t- on l’enfant entre temps car la cérémonie du baptême doit avoir lieu dans les 3 mois qui suivent la naissance?…les parents ont parait-il l’exclusivité d’appeler leur enfant par un petit surnom, ca laisse encore un peu de temps pour réfléchir au cas où les 9 mois n’auraient pas suffit à se pencher sur la question! 

Lors d’un mariage la future mariée ne doit pas voir son époux avant la cérémonie religieuse à l’église. Le couple doit se faire face devant l’autel et ne doit à aucun moment se tourner le dos, on dit même que si il pleut le jour de la célébration le couple deviendra riche. Si le voile de la mariée se déchire le couple vivra heureux. Pour favoriser la fertilité lors de la lune de miel, on dit qu’il faut placer une poupée sous l’oreiller du lit. Le jour de son mariage la mariée doit porter sur elle quelque chose de neuf, quelque chose de vieux, une chose empruntée et quelque chose de bleu.  On dit également qu’essayer la bague de fiançailles/mariage de quelqu’un d’autre est un mauvais présage, tout comme de coudre soi-même sa robe de mariée. Pas question d’avoir une perle sur sa bague de fiançailles qui rappelle trop la forme d’une larme.  On dit qu’il ne faut pas allumer sa cigarette à partir de la flamme d’une bougie, qu’il ne faut pas changer le nom inscrit sur un bateau ou encore qu’il ne faut pas tuer un renne blanc si on en croise un mais faire un vœu. L’allumette, en brûlant, se déforme et nous indique la direction où se trouve notre futur prétendant (tiens c’est bizarre, la mienne ne pointe jamais vers la cuisine!). On dit du premier éternuement qu’il est bon, du deuxième qu’il est mauvais, du troisième qu’il représente l’argent et du quatrième qu’il présage un rhume! Si une personne est prête à éternuer mais n’y arrive pas on dit qu’une personne est amoureuse d’elle mais n’ose l’avouer. Lorsque notre oreille sonne, démange ou qu’on a le hoquet, on dit que quelqu’un pense à nous. Si par mégarde le fermoir de notre collier ou chaine se trouve devant,  à droite du bijou ou du pendentif, on dit qu’une personne aux cheveux clairs pense à nous en revanche si le fermoir se trouve à gauche du pendentif, une personne aux cheveux foncés pense à nous. 

On dit aussi que quelqu’un pense à nous (on aime se consoler décidément) lorsque notre nez chatouille, lorsque le rouge nous monte aux joues ou encore lorsqu’un morceau de fil superflu dépasse de nos vêtements (vu que les gens expriment rarement leur sentiments on comprend mieux ce besoin de s’inventer des amis qui pensent à nous!).  Il paraîtrait même qu’une fois 100 voitures rouges croisées, la plaque d’immatriculation de la centième voiture comporterait les initiales de notre cher et tendre. Cela dit je suis bien incapable de vous dire s’il s’agit de cent voitures différentes et j’imagine qu’on a tous bien d’autres préoccupations dans la vie que d’effectuer le test. La nuit de la St Jean, on peut glisser sous son oreiller 7 sortes de fleurs différentes pour espérer voir apparaître en rêve son prince charmant (il s’agissait bien dans mon post précédent de 9 types de plantes différentes ce qui prouve que les années altèrent les croyances et les accommodent un peu à leur guise). 
Il existe en Finlande un principe selon lequel il ne faut par exemple, pas se réjouir trop vite d’un évènement car il peut y avoir retournement de situation. On ne doit pas non plus se féliciter d’avoir été en bonne santé  Lorsqu’une femme part à la maternité pour donner naissance à un enfant, elle ne doit pas préparer à l’avance le lit du bébé, ca pourrait lui porter malheur. 

On ne devrait pas non plus laisser un livre ouvert à l’envers pour que les informations qu’il contient ne disparaissent pas. Après un examen il faut toujours ranger le livre qui était sujet de l’examen, en dernier dans son sac. Ou encore si l’on glisse le bouquin sous son oreiller avant de dormir, on dit que l’examen se passera bien. Il faut choyer un livre d’examen qui serait tombé sur le sol par mégarde afin de rester en bons termes avec lui et enfin il ne faut surtout pas rendre à la bibliothèque un livre avant que l’examen n’ait eu lieu. On pense enfin que parler lors d’un examen ne présage pas la réussite…Je n’ai pas fait de recherches sur la véritable origine de toutes ces croyances et superstitions mais elles me font sourire au quotidien, s’agit-il de cas particuliers généralisés avec le temps? S’agit-il de superstitions étrangères importées?

Superstitions, croyances et légendes

Vendredi 12 janvier 2007

Superstitions, croyances et légendes dans voyage A91-385081

Chaque pays regorge de croyances, de légendes et de superstitions, on peut les trouver ringardes et naïves de nos jours mais elles faisaient pourtant partie du quotidien d’antan.  Dans le Sud Ouest de la Finlande, lorsqu’une personne célibataire franchissait la porte de la porcherie, il lui suffisait de questionner si il ou elle allait se marier cette année. Si l’un des cochons se mettait à grouiner, ca voulait alors dire que oui. Entendre le premier coucou en direction de l’église présageait le mariage dans l’année en revanche dans le centre de la Finlande, ca signifiait la mort de la personne.  On disait aussi que celle ou celui qui n’a pas de compagne ou de compagnon à la Pentecôte n’en n’aurait pas pour tout l’été. En Laponie, si une fille autorisait son prétendant à lui ôter sa moufle, ca signifiait qu’elle approuvait sa cour. 

Nombreux étaient les rites pour espérer voir apparaître le visage de son futur fiancé:  A Pori, les jeunes filles allaient se laver nue au croisement de 3 routes pour y voir apparaître le fantôme de l’homme qu’elles épouseraient. Il leur arrivait aussi de glisser en secret 9 sortes de plantes différentes ou un miroir sous leur oreiller pour y voir en rêve leur futur mari. Une légende racontait qu’en se penchant nues au dessus d’un puits elles pouvaient y voir se dessiner le visage de leur futur prétendant. Elles parvenaient également au même résultat si, après avoir couru 3 fois autour de la cabane du sauna, elles s’arrêtaient brusquement et, collées a la fenêtre scrutaient l’intérieur sombre du sauna…La nuit du nouvel an, les jeunes femmes recueillaient des petits morceaux d’os des restes du repas qu’elles plaçaient sur leur chevet pour leur permettre de voir leur futur fiancé. 

Toujours cette même nuit, après avoir écouté les aboiements du chien, les jeunes filles se précipitaient au grenier pour y compter les rondins de bois du mur (c’est un peu comme quand nous on retire les pétales d’une marguerite en disant « il m’aime un peu, beaucoup »…sauf que là on ne s’amusait pas à retirer les rondins!): 

Le 1er rondin était appelé « panier » = présageait un fiancé pauvre 

Le 2ème rondin était appelé « boîte » = présageait une certaine aisance financière 

Le 3ème rondin était appelé « coffre » = présageait un fiancé fortuné 

Encore le soir de Nouvel An, un morceau d’étain était placé dans l’eau en guise d’offrande, réservée à l’esprit pour sa boisson et ses ablutions. On essayait ainsi de gagner la faveur des défunts et d’obtenir des informations sur le déroulement de l’année à venir. La tradition voulait que les jeunes filles fassent fondre un morceau d’étain dans une poêle et le jette rapidement dans l’eau, si l’ombre de la forme ainsi obtenue formait une pièce, c’était signe de prospérité financière, si elle formait un cœur c’était donc signe d’amour, l’ancre une sorte d’engagement, …. de nos jours cette tradition est restée sous la forme d’un fer à cheval en étain (tinakengät + tinakauha). Lorsque l’étain est devenu entièrement liquide on le jette dans un sceau d’eau froide. Il se fige et donne une forme unique qui dépend surtout de la façon dont la personne a « jeté » le contenu de la louche dans l’eau! Ensuite on l’interprète de la manière qu’on veut. 

 8485s dans voyage     4530s   8478s

Pour remédier aux  problèmes de peau à l’époque (ben oui parce que Clearasil n’existait pas encore!) le rite était plutôt étonnant! A côté de Tampere, il fallait se donner une gifle, frapper le banc de l’église lorsque le prêtre faisait face à l’autel et ensuite se précipiter dehors sans regarder en arrière. Et après ca bye bye l’acné!  La rosée de la St Jean avait la réputation de faire disparaître les taches de rousseur, les brulures et de guérir les affections de la peau. Les femmes se roulaient dans l’herbe humide de rosée ou sur des aires de seigle pour aider à leur propre fertilité. De même, pour assurer une moisson abondante, la fertilité et le bien-être matériel, on ornait les cornes des bêtes de guirlandes de fleurs, de jonc et de paille afin de les aveugler. Si elles réussissaient malgré tout à trouver le chemin de l’étable c’était signe de prospérité pour l’année sinon pas de chance! D’une façon générale on pensait alors que placer des branches de bouleau dans l’embrasure des portes portait chance au bétail. 

Alors que l’aspirine n’existait pas encore, les gens d’Ikaalinen faisaient disparaitre leur migraines et maux-de-tête en se rendant dans une pièce où un mort y avait été placé auparavant et ils y mordaient le seuil, ainsi le mal s’en allait. A cette même époque, on croyait aussi pouvoir lire l’avenir dans les flammes des rituels feux de St jean, en fonction de l’abondance des étincelles et de la direction prise par la fumée. 

78415-114mk 

On disait que les fougères des forêts fleurissaient et répandaient leur semence par terre. Celui qui réussissait à s’emparer de graines possédait alors le pouvoir de devenir invisible. Mais la tâche n’était pas facile à cause de tous ces esprits malins tapis dans les broussailles à l’affût des quelques intrépides lancés à la recherche de la dite fougère. 

D’après la légende un renard à la queue abondamment fournie est à l’origine des aurores boréales. Tandis qu’il courait en Laponie, sa queue aurait accroché des brindilles ou effleuré la neige et les « feux du renard » (revontulet) auraient alors embrasés le ciel. (cf. La Finlande aujourd’hui par Gabriel Plisson, 1992). Les marins pensaient qu’il ne fallait surtout pas faire de mal à un albatros parce qu’il incarnait l’âme d’un marin noyé. On disait que pour éloigner les mauvais esprits il fallait dessiner un aigle et l’accrocher à la porte de l’étable. 

Les Finns sont des êtres mi-hommes, mi lutins d’allure bizarre qui passent le plus clair de leur temps à vendre des cordes à 3 nœuds à des navigateurs. Mais il faut se méfier de ces cordes car le premier nœud s’il est défait commande des vents doux et favorables. Le second, des vents violents, et le troisième commande des tempêtes. Para, quand à lui est un esprit des airs, très friand de lait qui a mauvaise réputation en Finlande. On disait aussi alors que les chats étaient des lutins capables de nous enrichir.  L’ours en revanche ne pouvait être désigné par son vrai nom (karhu) de peur qu’il n’apparaisse en chair et en os. La langue finnoise l’a alors doté de plus de 200 noms différents: « Patte de miel » (Mesikämmen), « Roi de la forêt » (Metsän kuningas), « Bonhomme des bois » (Metsän ukko), « Mangeur de vaches » (Lehmänsyöjä), « Fauve des taillis » (Metsänpeto)… 

Si quelque chose tournait mal, on blâmait souvent les trolls, responsables de presque tous les maux du monde.  Au 19 eme siècle on croyait que le sauna était un moyen de se débarrasser des mauvais esprits. On pensait que sa chaleur était susceptible de guérir presque toutes les maladies et tous les maux. Heureusement aujourd’hui on a le chocolat et le shopping pour remédier à tout ca!…

On a tous nos propres raisons!

Mercredi 3 janvier 2007

On a tous nos propres raisons! dans voyage CB056334

Meilleurs Vœux de bonne et heureuse année 2007 à tous les lecteurs et toutes les lectrices (de l’ombre aussi!) de ce blog!!!emoticone 

En 2006 on m’a quelque fois accusé à tort de ne pas aimer la Finlande parce que je me moquais de ses mœurs et de certains aspects de la cultureemoticone. Présenter un regard critique sur un film, un livre ou encore une photo n’a jamais été un challenge, donc ca ne l’a pas été non plus pour porter un jugement sur le pays une fois intégrée. Narrer mes expériences, mes opinions, mes chocs culturels ou les phénomènes d’actualités c’est mon petit plaisir à moi et je conçois très bien que certaines personnes ne partagent pas mon avis ou n’aient jamais vécu les mêmes aventures. La majorité de mes articles et statistiques qui y figurent ont trouvé leurs sources dans les outils médiatiques, pas toujours très fiables je vous l’accorde, mais très accessibles. 

Des écrivains comme Roman Schatz emoticone(écrivain Allemand: Suomesta Rakkaudella, 2006) dont je suis une grande admiratrice au passage et Philippe Guicheteau (écrivain Français: Courrier de Finlande, 1999) se sont eux aussi moqué du pays, des mœurs, du « sisu » Finlandais mais vraisemblablement on leur pardonne plus facilement qu’à moi. Ces écrivains talentueux expatriés à la langue bien pendue affichent à leur palmarès une vingtaine d’années dans le pays et il est évident qu’avec mes 7 ans et 3 mois en Finlande je ne fais pas le poids! Alors lorsqu’il m’arrive de souligner les petites choses de la culture qui m’irritent, moi aussi j’aimerais qu’on le prenne avec humouremoticone. Comme dirait Roman:  » Älkää hyvät ihmiset ottako kirjaa niin saakelin vakavasti, en yrittänyt kirjoittaa mitään oikeata analyysiä suomalaisista… »(= ne prenez pas chers lecteurs, ce livre (dans mon cas ces articles) au « maudit » premier degré, mon objectif n’est pas de dresser une analyse très véridique des Finlandais…) et biensûr je tenais à rajouter qu’on ne peut pas faire de généralisation.emoticone

1929_1 dans voyage                                                      45618

Roman Schatz http://roman.schatz.de/                                    Philippe Guicheteau

En Finlande on porte un intérêt particulier à ce que pensent les étrangers du pays, des gens, de la culture, des activités, du climat, de la cuisine, de la vie en général en Finlande. Certains aiment la Finlande pour sa nature, son silence, ses sports, son système éducatif ou encore son salmiakki. Certains l’apprécient pour sa sécurité, sa discrétion, ses gens, ses traditions, sa musique ou sa technologie High-tech…personnellement je me sens bien dans ce pays parce que j’estime avoir fait les efforts nécessaires pour gagner la confiance des gens et avoir réussi mon intégration sociale et professionnelleemoticone.

Je m’y sens donc bien parce que j’ai réussi à m’y faire une place dans le monde du travail malgré un environnement assez hostile aux étrangers, parce que je m’y suis fait de nouveaux amis, parce que mes années de difficultés financières et d’études de la langue ont été récompensées, parce qu’on m’a ici donné « des premières chances » tellement importantes dans une vie. Parce qu’en dépit d’une administration Finlandaise qui m’a parfois fait perdre espoir à mes débuts et qui m’a très rarement supportée dans mes démarches ces accomplissements représentent en fait un pied-de-nez méritéemoticone! Je me souviens encore des propos désespérants et légèrement railleurs de la dame de l’ANPE à mon arrivée alors que j’étais encore enthousiasmée par tout ce changement dans ma vie : « faut pas vous faire d’illusions mademoiselle, sans connaître la langue vous n’arriverez jamais à trouver un travail ici! »…et ma satisfaction de venir lui « foutre dans le nez » 2 jours plus tard que je m’étais dégotée un boulot en m’activant plus qu’eux! 

En m’y installant jeune la Finlande m’a fait relever d’innombrables défis, surmonter des barrières qui ne se seraient pas nécessairement présentées à moi dans le contexte de mon pays d’origine. La Finlande m’a fait progresser, m’a rendu autonome et plus forte, elle a favorisé la confiance en moi, mon incontestable goût pour les challenges, mon aptitude à voir les choses sous un angle différent et moins objectif que les médias et puis j’ai surtout été capable de voir l’évolution de ma vie qui a recommencé pratiquement à zéro depuis mon arrivée dans le pays. 

Pour moi c’est sans aucun doute l’imperfection du pays et de ses habitants qui en font ses attraits essentiels, ses curiosités spécifiques comme pour une œuvre d’art je pense! Je mourrais d’ennui si dans ce pays tout y était parfait et je n’aurais certainement pas d’inspiration pour nourrir mon blog chaque semaine de mes récitsemoticone. Je suis particulièrement fière de dire que si j’aime la Finlande aujourd’hui, je ne le dois pas aux brochures paradisiaques des agences de voyages qui n’affichent qu’une partie du véritable décor, ni aux innombrables guides rédigés par des gens de passage dans le pays fatigués de leur périple. Petite je n’ai pas fait tourner mon globe terrestre en pointant le doigt sur la Finlande et en me persuadant que c’était là que j’allais faire ma vie! Aujourd’hui c’est la Finlande, demain peut-être un autre pays mais ce qui compte c’est que je soie avec la personne que j’aime, quoi qu’il en soit on s’adapte à un nouvel environnement, on apprend à tolérer les avantages ainsi que les inconvénients d’une culture et on apprend à respecter un nouveau mode de vie. Certains le font en silence, moi j’ai choisi de partager mes aventures et mes expériences qui peuvent être bénéfiques à d’autres et qui permettent à bien des gens, voyageurs ou pas, de découvrir ce pays encore mystérieux à travers mes yeux!emoticone

Je viens de lire dans une interview, que Roman Schatz google son nom de temps à autres pour voir si personne n’a encore lancé un Roman Schatz-fanclub…je me propose d’être la première!emoticone