Archive de la catégorie ‘voyage’

“Finland; Even cooler than you think”

Vendredi 4 décembre 2009

“Finland; Even cooler than you think” dans voyage ice-climbing-wilderness_~bxp124405

Constamment préoccupé par l’image de la Finlande dans le monde, le ministre des affaires étrangères Alexander Stubb, a dégoté un slogan qui selon moi serait plus approprié pour une pub de bières que pour faire exploser les ventes des tours opérateurs!!= Finland- even cooler than you think! (soit “la Finlande, encore plus cool/fraiche que vous ne le pensez”)…oui mais avant de se procurer un billet pour « la glacière isotherme de l’Europe » et sacrifier palmiers, mer idyllique et sable fin, on voudrait bien des preuves!  Après tout on se dit que si Britney Spears n’est restée que 6 heures sur le territoire lors de son dernier concert sans prendre le temps de visiter quoi que ce soit, c’est qu’il y a peut-être une raison. 

Selon Stubb, les étrangers ont une idée vieillotte, démodée de la Finlande, un territoire qui se trouve quelque part proche des républiques socialistes soviétiques. Afin de remédier à ce problème, il a lancé l’initiative sympathique “Branding Finland” sur son site internet qui consiste à recevoir des suggestions de slogans provenant du monde entier, afin de mieux saisir la perception qu’ont les étrangers de la Finlande.  Encore une fois il est bon de souligner que l’opinion qu’on en a diffère selon qu’on y ai passé 2 semaines ou selon qu’on y vive! Est-ce que seul un slogan est susceptible de nous faire changer l’image qu’on a d’un pays ? Les brochures touristiques s’y évertuent déjà.  Sombre, froid, lointain, Nokia, analyse-Pisa et Lordi…voilà ce que les étrangers semblent connaitre du pays…comment la Finlande a-t-elle pu rester si transparente et si modeste? qu’est-ce qui fait qu’elle n’a jamais pu vanter ses qualités efficacement et devenir un des lieux de prédilection des touristes?  En fait, la Finlande, c’est un peu comme l’orthorexie on n’en a déjà entendu parler mais on ne sait plus pour quelle raison, où, ni exactement comment elle se manifeste (non je ne vous en voudrai pas d’aller jeter un coup d’œil à ce terme dans le dico…) 

Selon Stubb, il faudrait réussir à mettre en valeur les domaines dans lesquels la Finlande excelle comme par exemple l’analyse PISA, la protection de l’environnement, la haute-technologie ou encore la gratuité des cantines à l’école… D’un autre coté quand on sait que ces petites têtes blondes mangent pour 60 centimes chaque jour dans les établissements scolaires, on préférerait peut-être débourser un peu plus pour qu’ils mangent sain et à leur faim !  C’est bien clair que pour cette somme, il est impossible de fournir tous les éléments nutritionnels dont un écolier a besoin… Alors faut-il se satisfaire de la gratuité des repas ou commencer à s’inquiéter des symptômes anorexiques de sa gamine?  On nous répète que la Finlande est un havre de bien-être, d’égalité, un paradis de l’éducation, pourtant les entreprises Finlandaises se délocalisent a une vitesse grand V, la crise s’est installée, le taux de chômage avoisine les 10% et devrait grimper à + de 11 % d’ici à 2010 …  On compte environ 700 000 pauvres, le salaire des femmes est évalué a 20 % de moins que celui des hommes (contre 17% dans toutes l’Union Européenne). Quand la grippe A a fait son apparition la Finlande était probablement la moins bien organisée, la moins bien préparée…des  personnes âgées se sont retrouvées à faire la queue dehors pendant des heures pour se voir dire finalement qu’il n’y avait plus de vaccins en réserve… 

J’en profite également pour mentionner que la nation toute entière se consterne devant les propos de Sofi Oksanen*, *talentueuse journaliste ayant reçu le prix Finlandia en 2008, pour avoir ouvertement évoqué sur une chaine télévisée Danoise « Deadline » les problèmes d’alcoolisme, de violence, de suicides, et de mal-être qui règnent en Finlande. 

http://www.iltalehti.fi/viihde/2009112410650686_vi.shtml 

« Le rêve du Finlandais est d’avoir une maison au bord de l’eau, 2 enfants, un golden retriever et un bateau. Derrière ce rêve se cache alcoolisme et violence, » lance-t-elle dans le programme. Les partisans du « Suomi-brändi » auraient souhaité l’entendre dire que les Finlandais sont des gens innovateurs, honnêtes et dignes de confiance. Et qu’est ce qui gêne le plus la nation, la dure vérité de ses propos ou le fait qu’elle n’embellisse pas l’image du pays ? En lisant les journaux on s’aperçoit vite que les Finlandais ont effectivement tendance à résoudre leurs problèmes par la violence et l’alcool faute de pouvoir s’exprimer autrement. Y’a-t-il quelque chose de plus patriotique à cacher ce genre de faits?  La Finlande a une nouvelle bête noire, ce qui me donne un peu de répits…et maintenant que Sofi a osé exposer les failles de la nation publiquement, à l’étranger de surcroit, désormais les articles la concernant prennent bien soin de souligner son héritage estonien! Parce qu’un vrai Finlandais choisira le silence plutôt que de faire de l’ombre à ses confrères même s’il n’en pense pas moins…  Comme toutes les nations, la Finlande se réconforte ”Suomessa on ongelmia, mutta niin on muuallakin.” (En Finlande il y a des problèmes, mais ailleurs aussi !) Ce qui n’est certes pas faux mais est-ce une excuse suffisante?

Des poubelles qui parlent…

Jeudi 30 avril 2009

Des poubelles qui parlent… dans voyage rubbish-garbage-street_~sb10066249h-001

Au moins si les gens dans la rue ne s’excusent pas souvent après vous avoir marché sur les pieds, les poubelles, elles, vous remercient de les nourrir de détritus, c’est un monde ! Ces poubelles ont déjà été testées l’automne dernier et font leur grand retour dans la capitale à l’approche de la fête de Vappu (1er Mai).  Un peu d’extravagance pour préserver l’environnement ne peut pas faire de mal. De 4 elles sont passées à 8,  on les jalouserait presque car elles savent parler désormais le suédois, le japonais, l’anglais, l’allemand, le polonais et le russe !… et non personne n’est caché dans ces poubelles, les touristes vont se régaler ! Elles sont un attrait particulier et original de la ville cet été, on peut les trouver entre autres sur l’Esplanade, la place du Sénat, près du monument Sibelius et de l’église Temppeliaukio. 

Apparemment ces poubelles parlantes, d’apparence ordinaire, ont déjà obtenu beaucoup de succès dans d’autres villes européennes comme Berlin. Amusant certes, elles sont munies d’un détecteur qui active un haut-parleur lorsque des déchets y sont déposés. Ce détecteur fonctionne à l’énergie solaire ce qui veut dire que les riverains n’ont pas à craindre leur nuisance la nuit, elles resteront muettes ! 

L’automne dernier on pouvait entendre des messages provenant de personnalités comme par exemple, « C’est génial que la ville te tienne à cœur » par le maire d’Helsinki Jussi Pajunen mais aussi provenant d’artistes et de philosophes. Cet été les messages de notre voix Finlandaise proviennent du présentateur télé et humoriste Simo Frangén. Voilà un procédé qui devrait selon le maire de la ville motiver les citoyens et les touristes à jeter leurs détritus dans les poubelles et pas dans la rue ni là où il ne faut pas et encourager les initiatives écolos. 

Image de prévisualisation YouTube

Les bouteilles en verre et en plastique ainsi que les boites métalliques en Finlande sont consignées, ce qui incite en principe, les citoyens à recycler. Si on pouvait en faire de même avec les déchets il y aurait nettement moins de détritus dans la rue ou cachés dans le fin fond des forêts. Les enfants prendraient plaisir à sortir les poubelles, à trier car la simple motivation d’une planète plus propre, d’un air moins pollué dont ils ne profiteront peut-être pas dans 70 ans n’incite guère les jeunes d’aujourd’hui et même les plus vieux à parcourir un kilomètre pour y jeter leurs déchets même s’ils sont nocifs. 

Bientôt quand je dirais que je vis en Finlande on ne s’exclamera plus « au pays du père-Noël ? » mais « …dans le pays où les poubelles parlent? » C’est pas formidable ? Alors oui ca surprend et ca fait sourire la première fois mais on peut se demander si l’argent du contribuable ne serait pas mieux investie dans les services de santé par exemple, où l’attente pour une opération chirurgicale dans le public est parfois de plus d’un an…et tous ces sans abris qui squattent les bancs publics pour y compter les moutons et s’enivrer. 

http://www.hs.fi/kaupunki/artikkeli/Puhuva+roskis+kiittelee+ja+heitt%C3%A4%C3%A4+herjaa/1135238835407 

Vappu est la plus grande fête alcoolisée de l’année, les gens se réunissent pour pique-niquer dans les parcs de la ville par conséquent elle devient vite sans dessus-dessous. Un chaos de vomi, de canettes de bière, de papiers d’emballages, de serpentins et ballons éclatés et j’en passe. Sous l’emprise de l’alcool certains s’urinent dessus et en oublie où ils habitent alors inutile d’essayer de les civiliser à ce moment là à jeter leurs déchets dans la plus proche poubelle.  Par cette campagne écologique, la ville d’Helsinki souhaite rappeler que la collecte d’ordures dans les rues et les parcs de la capitale coûte chaque année 2 millions d’Euros. Avec cette somme d’argent il serait possible d’organiser 40 concerts, d’acheter 2000 city-vélos pour la ville, 1350 bancs publics…  http://www.puhuvaroskis.fi/ 

On raconte déjà que les poubelles musicales ne tarderaient pas à faire leur arrivée…malheureusement, je n’ai pas trouvé d’étude qui prouverait leur efficacité depuis qu’elles sont installées ni aucun indice sur le prix que ce projet a coûté (surtout qu’il y a le risque qu’elles soient vandalisées !).  En lisant un forum d’Helsinki Sanomat, j’ai pu aussi m’apercevoir qu’un certain nombre de personnes se consternaient des amas d’ordures jetées ici et là aux environs de la ville. Doit-on blâmer un trop peu de poubelles ou est-ce une question de mentalité des gens? Parce que les poubelles n’embellissaient pas le décor et qu’elles sont onéreuses on les a retiré petit à petit du paysage sans leur trouver de remplaçantes, sans se soucier des tristes conséquences. 

Trop petites pour contenir les déchets de la population elles en refoulent souvent la moitié et je m’étonne encore que la Finlande, connue pour son high-tech et son esprit de créativité, n’ait pas su mieux faire que des poubelles à l’aspect tristounet qui parlent pour résoudre ce problème environnemental. Pourquoi ne pas creuser la roche ou le bois et faire des poubelles statues, agréables à regarder, qui se fondraient dans l’architecture de la ville, où les oiseaux ne pourraient pas y venir mettre le chaos, ou il ne viendrait à l’idée à personne d’y coller des publicités ou d’y tagger des mots insignifiants. Les politiciens ne peuvent-ils pas se pencher davantage sur le problème ? Poubelles parlantes, attraction à touristes ou LA solution aux problèmes de pollution ????? 

« ah si j’étais un homme » chantait Diane Tell…

Jeudi 9 avril 2009

« ah si j’étais un homme » chantait Diane Tell… dans voyage k0476882

Dans l’intimité du couple, il nous appelle kulta, mussukka, hani, muru, pupu, rakas, kultapuppeli ou encore murmeli (=chérie, muffin, ma chatte, miette, lapin, amour, marmotte) c’est tout mignon et pourtant au quotidien il se révèle être aussi romantique qu’un Homer Simpson à court de Duff lors d’une grève de donuts.  Voilà seulement il faut que vous le sachiez, en présence de sa bande de potes, nous ne sommes plus que des « muija, eukko ou emäntä (= bonnes femmes, la vieille, maîtresse de maison ») qu’on embrasse discrètement à l’abri des regards et dont on ne tient la main que dans les ruelles sombres… ils veulent bien nous montrer qu’ils nous aime, mais il ne faut pas leur demander d’être romantiques… http://www.iltalehti.fi/rakkausjaseksi/200902179100648_lz.shtml 

Mais que leur a dit la société pour qu’assouvir les désirs de sa moitié ne semble plus être aussi primordial, pour que combler sa partenaire d’attentions semble désormais superflu, ringard et inapproprié? Qui leur a appris à préférez le cambouis d’un moteur de voiture à un après-midi shopping, un demi litre de bière à un verre de vin devant un feu de cheminée, un steack saignant aux feuilles de salade ? Pourquoi une seule sortie publique en chemise rose et un seul repas sans une tache de ketchup risquent de lui coûter sa réputation ? Qu’on m’explique ce qu’il y a de si masculin et rassurant à préférer un kebab sur un banc à un pique nique dans l’herbe. 

Les femmes je vous l’accorde, ne sont pas livrées avec un manuel d’utilisation ce qui, soit dit en passant, ne faciliterait la tâche à aucun homme, puisqu’ils sont bien connus pour ne les ouvrir que lorsqu’il est trop tard…pendant des décennies les Finlandais ont été bien plus préoccupés à survivre et à tenter de s’alimenter en puisant dans les ressources de la nature que par se soucier du bien-être et de l’épanouissement de leur femme. D’accord l’homme Finlandais chassait, se battait, fabriquait des outils et des armes (buvait un chti coup entre les 2), il était chargé de la protection des troupes et risquait souvent sa vie, pendant que leur bonnes femmes allaient cueillir des baies ou des champignons, effectivement le risque de se faire agresser par une morille géante était légèrement plus faible ! 

L’histoire ayant épuisé les forces de ces pauvres bougres, il ne restait plus guère d’énergie pour manifester des marques d’attention et entretenir une relation romantique. De par ce passé tumultueux et plutôt rude, les Finlandais savent qu’ils ne sont pas prédisposés à être romantiques ce qui leur constitue une excuse facile, ils croient ne pas pouvoir le devenir et réussissent parfois même à s’en convaincre. 

S’il pouvait s’abstenir de s’exclamer que ce n’est pas Noël à la vue d’une bougie sur la table, on serait comblée… on s’est pourtant excusé d’avoir amené chéri contre son gré à la séance de Titanic mais il a bien décidé de nous le faire payer à vie ! Le romantisme pour nous malheureusement ne se résume pas à faire les fous chez K-Rauta (= équivalent de nos magasins Castorama, Leroy-Merlin…), même si on est bien conscientes que vous ne cherchiez qu’une activité géniale à partager avec nous. 

Je ne suis pas dupe, si rakas n’a pas démontré d’enthousiasme à l’idée d’apprendre ma langue maternelle, c’est en partie parce qu’on la nomme la langue de l’amour…comme si c’était un virus qu’il pouvait attraper qui risquerait de le rendre romantique…il y a donc pratiquement renoncé pour se protéger d’un éventuel envoûtement je suppose. L’apprentissage du Français risquerait de lui faire découvrir des facettes de lui-même qu’il n’a jusque là pas décelé…en même temps ça lui permets de prendre de la distance en période de nuages « moi ? je comprends pas ! ». C’est quand même dommage que les couples disent adieu au romantisme déjà 2 ans, 2 mois et 25 jours après le mariage…et que 83% de ces couples ne célèbrent plus leur union après 3 ans de mariage (source Daily Mail) 

Les Finlandais savent être galants, les hommes que je cotoie dans mon travail ne mettront pas un pied dans l’ascenseur avant que je ne m’y soit engagée, les portent à mon passage s’ouvrent comme par magie et pourtant… après plus de 10 ans de vie commune, je ne compte plus les portes que je dois freiner avec mon pied pour ne pas qu’elle m’écrasent le nez et je me sens parfois aussi attirante que les dents de Joey Starr, ma moitié ne s’embête plus autant avec ces règles de comportement, ingrédient pourtant essentiel du romantisme. 

Je suis sure que le romantisme n’est pas mort, il a juste du oublié son GPS et s’est égaré quelque part entre la France et la Finlande ;o) encore un peu de patience, selon l’article les hommes deviendraient romantiques à l’âge magique de 53 ans…le temps pour eux d’apprendre comment les femmes fonctionnent ! 

 

Le bouton d’acné de la Finlande

Jeudi 5 mars 2009

Le bouton d'acné de la Finlande dans voyage medical_~k0696163

Je me souviendrais toujours de cette fois ou l’on m’a verbalement assassinée pour avoir eu le malheur de dire que la France possède une plus grande variété de yaourts que la Finlande…ce jour là plutôt que de déclarer que les français sont de gros consommateurs de yaourts (ce qui était d’ailleurs le résultat d’une recherche et non pas le fruit de mon imagination) j’aurais du me souvenir que donner aux Finlandais un sentiment d’infériorité quelconque allait m’attirer des ennuis…au lieu de ca j’aurais du m’extasier qu’en Finlande on trouve du yaourt en brique de 1 litre et des pots individuels mais ca ne m’est pas venu à l’esprit…

La loi de la jungle ici c’est qu’un étranger doit pleinement se satisfaire de ce que le pays d’accueil lui offre et surtout ne pas avoir d’autres prétentions… Il y a bien assez de produits Finlandais à notre disposition pour qu’on ait envie d’une crème Mont Blanc pistache ou d’une Mamie Nova noix de coco!… éprouver une envie pour un produit qui n’existe pas ici (et qui n’a pas encore percé le marché de consommation) équivaut presque à insinuer qu’il y a une faille dans leur système…

Ce jour là j’ai eu la preuve qu’il existe des Finlandais qui ne sont pas si ouverts d’esprit. Des Finlandais qui à la moindre contrariété, la moindre critique (provenant d’un étranger de surcroit) sur un aspect de leur culture se mettent dans tous leurs états et perçoivent cela comme une attaque directe! Forcément l’étranger qui avance une telle idée ne peut-être qu’arrogant, intolérant et irrespectueux… Je sais bien ce qu’on pense de moi à ce moment là, « si elle n’est pas contente elle n’avait qu’à rester en France, non mais sérieusement pour qui elle se prend cette pimbêche ? (sous-entendez: gréviste prétentieuse mangeuse d’escargots à talons aiguilles qui ne parle pas un mot d’anglais et croit tout savoir…)

Les plus patriotiques, les plus nationalistes des Finlandais qui séjournent 2 semaines à l’étranger ne pensent qu’à leur retour au pays pour pouvoir manger du ruisleipä et du salmiakki…boudant les spécialités locales. Rien ne semble pouvoir égaler la qualité de vie en Finlande, on voyage juste pour se rassurer sur sa condition et on éprouve une grosse satisfaction à examiner si oui ou non l’herbe est plus verte ailleurs.

La société me scrute d’un œil douteux parce que je n’apprécie pas de m’enivrer à ne plus me souvenir (si ca m’arrive c’est un accident !), parce que je peux compter les fois ou je suis rentrée dans un Mac Donald sur les doigts d’une main, parce que j’achète des tomates Espagnoles (essayez et vous sentirez aussitôt les regards accusateurs se poser sur vous!), parce que je ne m’intéresse pas le moins du monde au sport (particulièrement s’il est imbibé de doping et de gens malhonnêtes au QI d’un lombric).

Chacun voit les choses à la lumière de sa culture mais trop rarement ici on tente de comprendre les choses à travers les yeux de l’autre. Peut-être pour ne pas justement entendre la réalité. Mes révélations fâchent, mes points de vue dérangent, mes arguments agacent, je suis le bouton d’acné de la Finlande ; je n’embellis pas le décor et on ne me fera pas déguerpir à coups de Clearasil…les Finlandais préfèrent jouer la sourde oreille et penser que je suis un cas isolé…

La pensée Finlandaise est assez uniforme; il faut traverser la route quand le bonhomme est vert, acheter les produits nationaux pour faire marcher l’économie, manger de la soupe de petits pois le jeudi, partir au ski l’hiver et au mökki l’été, respecter les horaires…la personne qui ne se plie pas à ces règles est montrée du doigt.

Un jour je sens qu’on a envie de me jeter des pierres parce mon statut d’étrangère ne me donne pas le droit de dire ou pire d’écrire des choses qui les offense. L’autre je sens qu’on envie mon parcours, que me détester n’est pas si simple parce qu’à l’inverse de beaucoup, j’ai su faire les efforts nécessaires pour m’intégrer et non pas tenter d’imposer ma culture ici pour que les Finlandais s’y accoutume. Comment m’en vouloir quand on sait que je n’ai même cherché à forcer mon conjoint à parler ma langue maternelle, et encore moins essayé d’instaurer la bise aux collègues de boulot chaque matin…alors que d’autres au nom de leur culture ou religion ont l’audace d’exiger des piscines ou les sexes opposés ne se côtoient pas, de la viande kasher dans les magasins, la construction de mosquées,…La Finlande ne comprend pas qu’on ne l’accepte pas comme elle est et qu’on tente de la modeler à notre guise, qu’on ne puisse pas se satisfaire de ce qu’elle possède sans vouloir apporter sa touche personnelle.

Les textes de ce site sont une propriété intellectuelle et font l’objet d’un dépôt légal. Toute copie doit être assortie d’une autorisation

 

La fête de l’amitié

Mercredi 18 février 2009

La fête de l’amitié dans voyage day-calendar-feb_~78373-28dg

Sur 1 milliard de cartes expédiées chaque année dans le monde pour la St Valentin on estime que 85% sont achetées par des femmes…il semble que les hommes préféreraient rayer ce jour de leur calendrier plutôt que de devoir éterniser leur égo dans l’univers rose émasculant des rayons de magasins à la recherche DU cadeau idéal. Alors que les chocolats, les fleurs, les peluches ornées de cœurs crient aujourd’hui faites plaisir à votre moitié, on finit par se demander vraiment qui d’abord est ce Valentin et qu’est ce qu’il a bien pu faire un 14 Février pour qu’on le célèbre. Saint Valentin ce n’est surement pas qu’un petit patelin du département de l’Indre, il faut l’admettre notre calendrier contient tout un tas de fêtes dont on ne connaît qu’à moitié l’origine voire pas du tout…

Idéalement un « je t’aime se dit toute l’année », il conviendrait de montrer régulièrement son amour et son affection à son entourage sans qu’un jour particulier soit nécessaire tout comme la fête des mères, des pères, des femmes, des enfants, des animaux…parce que les femmes sont sensibles à toutes les marques d’attention, elles semblent prendre cette date bien plus au sérieux que leurs homologues mâles. Eux, sont les premiers à lui reprocher d’être bien plus commerciale qu’une tradition antique… PS : vous en connaissez beaucoup vous des hommes qui écrivent un poème de leur propre répertoire sur une carte confectionnée maison ??? La démonstration de l’amour n’est pas synonyme de démonstration du contenu du portefeuille mais allez expliquer ca à un homme…

Si c’est la fête des amoureux pour nous en France, la St Valentin est la fête des amis ici en Finlande (ystävänpäivä = le jour des amis, de l’amitié). On la célèbre ici seulement depuis les années 1980, aussi sa date n’est devenue officielle sur nos calendriers qu’en 1987 et elle nous vient tout droit des Etats-Unis…enfin plus particulièrement des séries télévisées et des étudiants en échange scolaire. L’origine de la Saint Valentin remonte à l’époque des Romains. Valentin un prêtre, maria en secret des jeunes couples alors que l’empereur Claude II avait interdit aux jeunes hommes de se marier car, sans attaches, ils faisaient de meilleurs soldats. Pour le punir on l’a exécuté le 14 Février 268 selon la légende.

Après des années passées à croire que la St Valentin était réservée aux amoureux, une jolie carte rose d’un ou une collègue dans la boite mail peut surprendre si on n’est pas du coin… Si vous voulez garder vos amis, ne vous emportez pas dans des explications interminables en rougissant de honte, ne vous excusez pas d’avoir déjà trouvé le/la partenaire idéal(e), de l’aimez réellement…en Finlande, on vous offre de jolies preuves d’affection parce qu’on vous apprécie, pas parce qu’on a des sentiments passionnels pour vous… et moi qui croyait qu’on fantasmait sur ma chute de reins…

Les Finlandais ne sont pas très expansifs et montrent peu leurs sentiments mais lorsqu’ils le font ce jour là, c’est par le biais de cadeaux virtuels sur Facebook, de cartes électroniques par email, d’émoticônes et de cliparts sur SMS, pour les plus courageux des cartes personnalisées envoyées par le biais de la Poste…on ne peut que constater que bon nombre d’industries profitent de cette journée, la médiatisation de l’évènement partage les opinions, est-elle incontournable ou peut-on véritablement y échapper?

La fête a pris de telles proportions au Japon, que les employées de bureau femmes doivent offrir des chocolats à tous leurs collègues masculins, parfois à un coût très élevé appelés giri choko « chocolats d’obligation »…

 

Les textes de ce site sont une propriété intellectuelle et font l’objet d’un dépôt légal. Toute copie doit être assortie d’une autorisation.

On s’habille jeune chez les politiciens

Lundi 19 janvier 2009

On s’habille jeune chez les politiciens dans voyage veggie%20face%20male

Envie d’un corps plus ferme, plus jeune et plus en forme?…avec un zest d’argent, une pincée de pouvoir, un soupçon de notoriété et une goutte d’autorité il est possible de relooker son couple. Adieu crèmes antirides, botox, retouches Photoshop et autres formules miracles pour tenter de rafraîchir la façade de sa compagne…  

La mode existait déjà dans le milieu artistique, elle frappe aujourd’hui de plus en plus nos dirigeants vraisemblablement épouvantés par le syndrome du cheveu blanc pire de la calvitie. Pour ralentir les outrages du temps et se booster la libido, ils s’amourachent de chair fraiche. Leurs vieilleries s’envolent droit au grenier pour se vêtir des mannequins, artistes ou athlètes les plus confortables. Les collections sont fraiches et surprenantes, Sarkozy s’habille en Bruni (de 12 ans plus jeune), Niinistö en Haukio (29 ans plus jeune), Poutine en Kabaeva (30 ans plus jeune…le « juste bons amis » ne dupe personne!), Lipponen en Hertzberg (26 ans plus jeune), Kanerva en Kiikko (22 ans plus jeune), McCain en Hensley (18 ans plus jeune) pour ne citer que quelques exemples…la Haute-Couture va faire faillite…

 sarkozy-bruni dans voyage niinist__haukio_69342b poutine-kabaeva 05100_1iso suhdTM_vi cindy-lou-hensley-mccain-john-platinum-blond-wife  

Ce phénomène de différence d’âge n’a donc pas, comme on pourrait croire, été lancé par Sarkozy mais existe bien depuis des décennies. C’est le moyen en vogue pour assurer son capital séduction sans nécessairement passer par le bistouri. Comme si partager la vie d’une personne plus jeune pouvait  freiner la vieillesse…  Pourquoi se forcer à passer d’ennuyeuses années au coté d’une femme qu’on connait par cœur et que le temps a altéré quand d’autres roses poussent régulièrement aux alentours? Les politiciens ont-ils un secret pour attirer de jeunes amantes dans leur toile? Est-ce le gout de la gloire, du scandale, de la concurrence? L’histoire de prince charmant dont elles rêvent depuis toute petite, est-ce inconsciemment la quête d’un père absent? Elles attendent de leur conjoint protection et sécurité et ce dernier est souvent lui aussi en quête de réassurance. Grâce à sa plus jeune compagne, il se sent protecteur, et donc valorisé. Etre un politicien populaire ne suffit plus, il faut davantage.   

L’amour n’a pas d’âge mais il faut rester réaliste, qu’on soit monsieur tout le monde ou monsieur personne, le regard de la société vis-à-vis de la différence d’âge peut parfois devenir pesant. Ces couples doivent affronter l’ironie de leur entourage et se justifier en permanence sur leur choix. Plutôt que la question de l’âge c’est la compatibilité entre deux personnes qui compte mais il ne faut pas oublier qu’après plusieurs années de vie commune, des difficultés peuvent surgir sur certains points (valeurs, enfants, vieillesse, maladie). Pour la société, une telle union va forcément se révéler fragile à terme car souvent les partenaires n’évoluent pas au même rythme, physiquement et mentalement.  Cependant, en Finlande comme ailleurs, on semble mieux accepter le fait qu’un homme s’amourache d’une jeunette plutôt que le fait qu’une femme âgée se dégotte un jeunot. Imaginez la présidente Tarja Halonen se trémousser avec un jeune adonis sur son petit bateau…  Les hommes politiques en Finlande sont loin de montrer l’exemple, les scandales embarrassants se sont récemment succédé. Ils partent à la chasse et font parler d’eux.  Le Premier ministre Finlandais Matti Vanhanen s’est débarrassé de sa partenaire (de 15 ans sa cadette) par simple texto, l’ancien ministre des Affaires Etrangères Ilkka Kanerva a bombardé une jeune danseuse érotique (de 30 ans sa cadette) de messages coquins et suggestifs ce qui lui a valu sa place… 

Jusqu’à présent, vie privée et vie politique en Finlande ont su rester 2 domaines bien à part, désormais les médias se régalent de raconter chaque faux pas. Les temps ont changés et le peuple se soucie davantage des écarts de leurs représentants car il semble qu’ils abusent un peu trop de leur notoriété. Lorsque ces divagations personnelles ont des répercussions sur les fonctions professionnelles et que la réputation de tout un peuple est mise en jeu sur le plan mondial, la population s’indigne. Personnellement je doute que ces scandales aient fait perdre à la Finlande sa crédibilité auprès des dirigeants des autres nations…

Miss bonne humeur

Dimanche 11 janvier 2009

Miss bonne humeur dans voyage hand-lifting-trophy_~AA033070
Chaque année, un peu avant Noël, le service achat où je travaille depuis maintenant presque 3 ans se réunit pour un dernier café et quelques délicieuses joulutortut afin de partager ses commentaires sur l’année passée et les difficultés professionnelles traversées. Quelques semaines avant ce petit moment de détente, une urne est placée à proximité des bureaux. Il est alors temps de voter pour le ou la « Vuoden positiivari » qu’on pourrait traduire comme la pilule de bonne humeur du service, une personne de nature joyeuse qui s’assure que l’atmosphère reste détendu et agréable entre collègues. Si au passage, vous trouvez une meilleure traduction à l’expression, n’hésitez pas à m’en informer! En fait, « positiivari » est un jeu de mot (que seuls les Finlandais peuvent comprendre) entre les termes positiivisuus = caractère positif et « posetiivari » le joueur d’orgue de Barbarie !
posetiivari dans voyage
Dans la langue de Molière le jeu de mot n’a rien de bien distrayant. Chaque personne reçoit la liste numérotée des noms de la quarantaine de membres du service ainsi qu’une petite enveloppe et un coupon pour y inscrire le numéro anonymement. Il est biensur possible de voter pour soi, seule la personne élue l’année précédente ne peut être réélue par conséquent ne figure pas sur la liste. Le concept original mais aussi amusant m’était totalement étranger avant que j’entre dans cette entreprise.

…et c’est ainsi que le 18 Décembre dernier, lors de ce regroupement que, les cheveux en pétard après une courte nuit, des yeux cernés et peu maquillés d’avoir préparé mes bagages pour la Laponie, qu’à ma grande surprise, ces chenapans de collègues non d’une pipe en bois, m’ont élue « bonne humeur de l’année ». Une jolie coupe gravée des noms de tous les gagnants des 8 années précédentes se dresse désormais sur mon bureau et j’en suis fière. Il est fort possible qu’une partie de ces votes proviennent des collègues mâles que j’ai fais valser, twister et danser le rock sérieusement enivrée lors de la soirée du petit Noël…et merci aussi à la force énigmatique et généreuse qui assurément m’accompagnait ce soir là pour ne pas avoir vomi sur mes chères et tendres collègues! Il aurait été probable que cette coupe ne m’éblouisse pas chaque jour de sa présence !

Ce n’est vraiment qu’après une pluie de félicitations et un bain d’embrassades que j’ai réalisé que j’avais trouvé ma place ici, que mes collègues venaient de me prouver là leur amitié et leur sympathie. En 2008, on m’a bien demandé des centaines de fois quel était mon secret pour avoir le sourire et rester positive même quand tout va mal…quand on a galéré autant que moi pour obtenir un boulot qui répond à sa formation et à ses attentes et où en plus on s’y sent bien, on sait être reconnaissante et penser positif.
Porter ce titre l’espace d’une année est pour moi un honneur, est-ce qu’à votre boulot aussi on organise ce genre d’élection ?

Un Yankee qui a du cran

Mercredi 10 décembre 2008

Un Yankee qui a du cran dans voyage Rich-Stand-Up-kva

Si demain on me donnait la chance de monter sur scène pour étaler mon point de vue sur les bizarreries des coutumes et de la culture finlandaises, dans ma langue maternelle de surcroit, paierait-on pour me voir? 

Si j’en écrivais un bouquin, trouverais-je une maison d’édition ? S’il me prenait l’envie d’en faire un film, trouverais-je donc un producteur et un éventuel financement par un sponsor? Une équipe soudée prête à me soutenir dans mes tournées, j’en doute… je n’en sortirais surement pas intacte…J’ai reçu des menaces pour avoir à travers certains de mes articles, brisé l’image utopique de la Finlande qu’avaient certain(e)s lecteurs/lectrices qui n’y avait encore pas mis les pieds. On m’a accusé de ne rien connaître des gens ni du pays parce que leur 6 mois en séjour Erasmus n’avaient en rien ressemblé à mes expériences quotidiennes. On m’a moult fois suggéré d’aller vivre ailleurs au lieu d’écrire des idioties pareilles alors qu’il y en a qui ne rêvent que de venir s’installer ici parce que tout soit disant semble mieux fonctionner… 

Mais quel est donc ton secret Rich, comment-fais tu pour ne pas t’attirer d’ennui? Suis-je lâche de ne me contenter que de ce blog comme moyen d’expression sans même tenter d’en faire mon gagne pain ? Enfin un étranger audacieux ose installer une sorte de grand miroir sur scène dans lequel les Finlandais peuvent soudainement contempler leurs défauts et rire ouvertement de leurs imperfections…je m’en veux de ne pas en avoir eu l’idée en premier car les Finlandais sont curieux d’entendre dire ce que les étrangers pensent vraiment d’eux. Pas seulement l’opinion des touristes de passage, celle des premières impressions, mais celle des étrangers qui résident ici depuis des années et qui sont suffisamment familiers avec la culture.´D’un autre coté on n’est pas à l’abri d’un coup de batte de Baseball à la sortie du bar…certains supportent mal la critique surtout sous l’influence de l’alcool. Rich Lyons est un humoriste américain courageux qui a compris que tenter de faire de l’humour dans une langue qu’on ne maitrise qu’à moitié ne valait pas la peine. Il a su tirer profit de sa situation ici en racontant ses expériences quotidiennes d’expatrié dans sa langue maternelle, un vrai défi pour le public. 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Depuis des mois déjà je souhaitais me rendre à une de ses performances, après avoir trouvé ou il se cachait, je me suis rendue au Studio Pasila dans la banlieue d’Helsinki. http://www.hkt.fi/studiopasila/  2 autres humoristes Finlandais faisaient une performance ce même soir : Ismo Leikola et Arimo Mustonen. Biensur cette soirée représentait aussi un défi pour moi car j’ai du sérieusement me creuser les méninges pour essayer de comprendre toutes ces blagues et jeux de mots Finlandais…pendant que d’autres détendus s’esclaffaient. Bref, la venue de Rich sur scène était comme une bouffée d’air frais au milieu de ce casse-tête. Comme dans tout stand up comic, il convient biensur de ne pas s’asseoir au premier rang si on ne veut pas se faire interroger toute la soirée par l’humoriste…                                 

Il évoque tout naturellement des thèmes comme le sauna, le karaoke, l’alcool, la politique, les contraventions, l’actualité….sans oublier non plus de se moquer des mœurs de son pays d’origine et de sa propre culture.  Je suis d’ailleurs convaincue que le fait de ne pas rire exclusivement de l’excentricité de la Finlande adoucit la réaction des autochtones à l’égard des sujets abordés lors de sa performance. 

Un vrai régal truffé de vérités quand on sait prendre du recul sur sa propre culture et son mode de vie.  Rich, marié à une Finlandaise, vit ici depuis une dizaine d’années. Il y a quelques jours, je me suis trouvée nez-à-nez avec lui dans un grand centre commercial. Je dois avouer que je mourrais d’envie de lui parler de sa performance que j’avais vue quelques semaines auparavant mais discuter boulot m’est vite sortie de l’esprit quand j’ai vu que sa petite famille l’accompagnait. Comme il l’a dit lui-même: Il aime la Finlande mais sa prochaine femme sera sans aucun doute Tahitienne! 

Il n’y a vraiment qu’en vivant ici qu’on comprend que c’est le seul pays au monde ou les gens programment leur gueule de bois ! 

Quelques liens :

http://www.clubactone.com/esiintyjat/rich_lyons.htm   

http://www.joost.com/33s7wj7/t/Rich-Lyons-TRAVELLING-IN-FINLAND  http://sixdegrees.fi/index.php?option=com_content&view=article&id=160:will-the-real-mr-lyons-please-stand-up&catid=34:starters&Itemid=53 

Je tiens aussi à présenter mes excuses à Julie Poujol de la Radio RTL pour ne pas avoir trouvé de moment adéquat dans mon emploi du temps pour un entretien…et aussi à toutes mes lectrices et lecteurs pour mes articles de plus en plus rares sur ce blog. Ce n’est par manque d’idées loin de là, mais que voulez-vous faire quand la durée du jour est de 5h30 ?…essayez-de vivre dans le noir et on verra si vous êtes aussi productifs !!!

Le blues de l’hiver…

Dimanche 16 novembre 2008

Le blues de l'hiver... dans voyage troubled-teenager-swing_~1804856

Hier le jour s’est levé à 8:12 pour se coucher à 15:56 soit une « journée» de 7 h 44 min. Pendant ces heures là, j’avais le nez devant mon ordi avec pour seules lumières celles de mon écran et le néon du plafond. La situation n’est pas encore catastrophique quand on sait que le soleil en général n’apparait que 27 heures en moyenne pendant tout le mois de Décembre (à Helsinki)… Nous voilà donc dans le noir et ce pendant des mois…mon horloge interne est perturbée et mon rythme biologique  confus…pas étonnant que soudainement les autochtones on tous la même envie: fuir le pays pour des terres moins hostiles aux rayons du soleil.

Eh oui, Novembre va mal et nous aussi, s’il était un homme il serait sa gueule de bois, s’il était une femme il serait son cycle de règles douloureuses… ;) un mois qui marque le début des jours obscurs, froids, pluvieux, qui raccourcissent considérablement comme si Axl Rose avait trouvé son inspiration ici pour écrire sa chanson November Rain…La diminution de la luminosité et la grisaille climatique freinent soudainement mon envie de sortir et mes activités extérieures, c’est ce qu’on appelle ici la dépression saisonnière ou encore le blues de l’hiver.

Ce blues est probablement ressenti dans beaucoup de pays cependant la Finlande semble en être l’épicentre, une grande partie de la population Finlandaise est touchée par ce fléau, 12% selon les statistiques contre 3-4 % en France. Chaque année à la même période, mon entourage se demande ce qu’il peut bien avoir de plus ici qu’il n’y a pas en France pour que je soie venue m’installer dans ce pays de mon propre gré.
Le bourdon ne m’épargne pas, ni d’ailleurs mes confrères étrangers résidant ici, personne ne semble immunisé contre la morosité de Novembre et c’est selon moi à ce moment là qu’on regrette d’avoir quitté son pays pour un pays Nordique et non un pays du Sud. Mais pourquoi donc aller se réchauffer au soleil quand on peut aller se les geler au Nord ???

Certes on serait tous probablement mieux quelque part sous les cocotiers mais on vit ici et il faut assumer tout au long de l’année…Il nous faut subir les aléas du temps.
Moi aussi j’ai le moral à zéro, des fringales régulières, l’envie de dormir beaucoup plus que d’habitude et que nécessaire. En plus de cela, j’éprouve un manque d’intérêt général, je suis nostalgique. J’éprouve des difficultés à me concentrer, un sentiment d’isolement et des idées bien noires me viennent à l’esprit. Comme si ca ne suffisait pas il semble que les microbes profitent de cette période d’affaiblissement physique et moral pour tenter de m’attaquer.

La responsable de cette dépression saisonnière est une hormone secrétée par notre corps: la mélatonine. Son taux varie en fonction de notre exposition au soleil. Des techniques telles que la luminothérapie et la photothérapie (sources de lumière artificielle intense) permettent de lutter, efficacement je ne sais pas car je n’ai pas essayé, contre la dépression.
Moi qui habituellement tente de fuir la fête du petit-noël, cette année à ma grande surprise j’étais une des premières à m’inscrire, je comprends enfin la véritable signification et le besoin absolu d’organiser ce type de fêtes. Les entreprises se doivent de divertir leurs employés en cette période tristounette, elles doivent s’assurer que la motivation et l’ambiance collective n’est pas affectée par cette dépression saisonnière générale. Une sorte d’étrennes anticipées pour les employés qui ne doivent en principe rien débourser.

Dès que les beaux jours reviendront et que le soleil brillera à nouveau la dépression saisonnière disparaîtra…c’est comme ca tous les ans…

Overdose de téléréalité

Dimanche 19 octobre 2008

Overdose de téléréalité dans voyage couple-watching-television_~bn292016
Il y a quelques années encore, savoir Mac Gyver en difficulté nous faisait trembler de peur, les gouttes de sueur nous coulaient sur le front jusqu’à ce qu’avec un chewing-gum, il parvienne à désintégrer une bombe dissimulée dans un placard et sauver des tas de vies. Pendant que la bombe faisait tic-tac il eu tout de même le temps de nous expliquer pourquoi son arrière grand-mère muette portait un foulard rouge quand elle allait faire ses courses et comment elle s’est, un jour qu’elle avait les 2 jambes cassées, sortie d’un ascenseur en feu tombé du 4 ème étage…

Ce type de suspens est « has-been », désormais on aime l’exhibitionnisme, la folie, l’extrême, le voyeurisme voire le sadisme. On s’installe des heures devant sa télé pour y dévorer chaque minute des beuveries, de la nudité et des querelles stupides des « protagonistes » de Big Brother.
On se délecte de critiquer les performances des candidats d’Idols ou Popstars lors de leur casting, qui parfois feraient mieux de se contenter de chanter sous leur douche au lieu de venir se ridiculiser devant tout une nation (j’admire leur courage !). On prend en pitié ces filles anorexiques de Mallikoulu (Model School, Huippumalli Haussa)
apprenant le catwalk qui se font éliminer pour peser une rotule de trop…rafraichissez-donc moi la mémoire, qu’y’avait-il dans notre programme télé avant que toutes ces real-TV ne fassent surface ?

Qu’est-ce qui nous pousse à regarder des personnes obèses de Suurin Pudottaja (Biggest looser) tenter désespérément de perdre du poids, est-ce les voir souffrir en l’absence de leur pizza quotidienne et de leur coca comme source de réconfort ? Est-ce que ca nous rassure de savourer les différentes phases de dépression et de perte de confiance en soi, par lesquelles les candidats passent ? De voir que d’autres vont mal et qu’on se fait du souci pour un malheureux bourrelet qui nous empêche de porter notre jupe préférée On regarde des candidats dévorer des testicules de taureau à pleine dents et se jeter dans l’eau froide à 10 mètres de profondeur avec une camisole de force pour y ramener une clé à Pelkokerroin (Fear Factor). Il semble qu’on aime regarder les gens mettre leur vie en péril et faire tout un tas de choses humiliantes et dégoutantes. Est-ce pour déterminer ses propres limites, est-ce par amour de l’argent, par esprit de compétition ou tout simplement pour ajouter un peu de piment à son quotidien ?

Envisage-t-on vraiment de changer de conjoint et de famille l’espace de 2 semaines pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs dans Vaimot vaihtoon (Wife Swap) Certains souhaitent se disputer une même fille dans Sinkuäidille sulhanen. Certains inconscients s’en vont risquer la solidité de leur couple à Viettelysten saari (Temptation Island) au milieu de paires de seins siliconées et d’adonis bronzés. Certains rêvent d’un changement physique radical à Hurja muodonmuutos (Extreme makeover) qu’ils ne pourraient jamais se permettre financièrement ou d’un simple relookage à Sillä Silmällä (Queer Eye). D’autres souhaitent partir à l’aventure dans Suuri Seikkailu (Amazing Race), jouent leur vie professionnelle dans Diili (The Apprentice), tentent de survivre dans des conditions difficiles dans Selviytyjät (Survivors), apprennent à cuisiner dans Kauhukeittiö (Hell’s kitchen), relookent leur appartement dans Inno…

Pourquoi avoir soudainement le besoin de suivre la vie d’individus ordinaires qu’on ne connait pas, la nôtre ne nous satisfait-elle pas ? Est-elle trop vide, trop plate, trop banale ? A-t-on nous aussi, secrètement une soif de notoriété et de reconnaissance, tout comme ces candidats se livrant volontairement en spectacle, auxquels on se substituerait. Il semble que nous contribuons un peu tous aux scores phénoménaux d’audimat mais POURQUOI ? La téléréalité nous détend-elle, nous change-t-elle les idées, nous fait-elle rire, nous fait-elle prendre conscience de certaines choses ?… Les coûts de production de la téléréalité sont extrêmement faibles, pas de scénario, pas d’acteurs rémunérés et une mise en scène minimaliste…ni plus ni moins que mater ce qui se passe chez vos voisins avec des jumelles alors quel en est l’intérêt? Pendant qu’on regarde les candidats de Big Brother boire jusqu’au coma éthylique, d’autres s’en mettent plein les poches…

La téléréalité n’a aucune valeur culturelle, elle ne nous apprend rien sauf peut-être à devenir apathique et asocial à cause du temps qu’elle nous fait perdre.
Les producteurs de téléréalités en tous cas se frottent les mains de son succès et savent ce qu’ils font, l’équipe de « Hurja remontti » (Extreme Makeover Home Edition) viendra reconstruire votre maison avec le budget de tout un lotissement si vous avez tout perdu dans un ouragan après avoir été cambriolé 3 fois, et à condition qu’il y ai dans votre famille un handicapé, une personne au chômage, une droguée ou un décès récent qui bouleverse bien pour donner la larme à l’œil au public qui soupirera « que c’est bien mérité ».

Le printemps 2009 est déjà prometteur, la chaine de télévision Yle recherchait en janvier dernier déjà 6 personnes en phase terminale qui n’avaient plus qu’un mois à vivre pour son prochain « documentaire » téléréalité. L’idée provient des Pays-Bas et va surement susciter des réactions diverses du public, car même si la mort est un sujet qu’on devrait pouvoir aborder sans tabou, l’engouement n’est pas le même. La Finlande est gourmande de téléréalité jusqu’à l’intoxication…

12345...11