• Accueil
  • > Archives pour septembre 2007

Archive pour septembre 2007

Zut, crotte, nom d’un p’tit bonhomme !

Vendredi 28 septembre 2007

Zut, crotte, nom d’un p’tit bonhomme !  dans voyage

Dans la société Française du politiquement correct ils sont souvent le reflet d’une mauvaise éducation, d’un besoin de provoquer, de choquer, de narguer. On nous demande de mettre un petit sou dans sa tirelire à chaque fois qu’ils s’échappent de nos bouches sans jamais vraiment nous expliquer pourquoi ces mots là ne sont pas beaux. 

Les jeunes ici en sont friands, les adultes les utilisent à toutes les sauces et dans n’importe quel contexte, ils soulagent nos colères, nos sauts d’humeurs, nos désaccords, nos frustrations, nos ras-le-bol, nos consternations… Le gros mot est un purgatif international, tout comme le WC, on devrait lui consacrer son trône! Les discussions des cours d’écoles seraient plus propres, l’air plus pure, la langue moins meurtrie, les gens moins blessés, l’ambiance moins ruinée.  Aucun cours ne leur est dédié dans le programme scolaire et pourtant tout le monde les connait, mais comment savoir si un « merde » Français a la même puissance verbale qu’un « paska » Finlandais ? 

Est-ce que nos ”con, ‘fait chier, putain, …trouvent leurs équivalents dans chaque langue, évoquent-ils les mêmes sujets, sont-ils utilisés dans les mêmes contextes, ont-ils la même fonction ? Le sujet peu si ce n’est quasiment pas abordé m’intrigue, le fait de jurer moi-même dans des langues étrangères encore plus… 

Utiliser 2 ou 3 langues dans son quotidien implique qu’on a aussi un vaste choix de jurons à sa portée mais quand on fait tomber quelque chose ou quand on se fait mal, dans quelle langue les gros mots nous échappent naturellement et pourquoi l’une plutôt que l’autre ? 

Selon une étude, « vittu, perkele, saatana » représentent les jurons les plus puissants de la langue finlandaise et sont aussi les plus utilisés. Le nombre de parents qui jurent sans remords devant leurs enfants est assez impressionnant je dois avouer. De mon côté si on avait droit au boulot à une prime sur le langage à la fin de l’année je m’enrichirais, même quand je me cogne le genou presque chaque jour dans mon bureau je dis « aïe ! » et mes collègues s’interrogent de ne pas m’entendre m’emporter dans une ribambelle interminable de jurons dans toutes les langues. Oui parce qu’après tout, le « gros mot » fonctionne un peu comme un pansement, après un gros bobo on jure et le mal est soudainement apaisé. 

Bien plus qu’un désir de blesser, les jurons des ados Finlandais ont souvent pour objectif l’appartenance au groupe, un moyen de gagner le respect de ses camarades, de se révolter en utilisant un vocabulaire cru, vulgaire et interdit à la maison, à l’école. Les jurons renforcent une histoire, ils éveillent l’attention, ils transgressent le code de conduite, ils représentent un privilège d’adultes et on les utilise abondamment car ils ne sont encore pas taxés ! Le « kirosana » est un passeport vers la liberté d’expression, on l’utilise parce que ca soulage, ca fait du bien. Les sanctions pour usage de gros mots (s’il y en a) deviennent de plus en plus dérisoires, par conséquent le vocabulaire des jeunes s’appauvrit.  Entre le gros mot qui s’échappe malencontreusement dans une situation extrême et le gros mot qui alimente systématiquement un discours il faut faire la différence. Peu importe le sujet de conversation et peu importe le public, il faut savoir reconnaitre la fonction qu’on lui accorde et contrôler son usage. 

Les jurons favoris Finnois font en général référence à la religion et à la sexualité. Comme s’ils faisaient partie du kit indispensable de survie dans le pays, les Finlandais éprouvent un grand plaisir à les enseigner aux étrangers qui n’ont rien demandé. Pour la p’tite anecdote, « paska = merde » fut un des premiers mots de la langue que j’ai assimilé rapidement à force de l’entendre partout.

glossaire des gros mots les plus utilisés:

Helvetti = enfer, Bon dieu de bon dieu !non, c’est pas vrai ! Nom de Dieu !   

Helkkari = zut, diable, que diable, c’est pas possible, bon sang de bonsoir ! oh purée, mince, punaise, crotte, nom d’un p’tit bonhomme! Tonnerre de Brest ! 

Hitto =  version plus soft de helkkari, diable, sapristi, nom d’une pipe, Sacrebleu, fichtre, doux Jésus, Diantre, flûte, saperlipopette, par Belzébuth ! 

Jumalauta = mon Dieu, sacré Bon dieu! Putain j’y crois pas ! Nom de Dieu ! (étonnement) 

Paska = merde, quel merdier!…connerie, « haistakaa paska != vas- te faire foutre !””puhua paskaa”= raconter des conneries 

Perkele = putain, bordel de bordel, oh la vache, grosse colère (contre quelqu’un/quelque chose) ou déception les « discours »devant les bars les soirs de weekend sont souvent agrémentés de ce mot. 

Piru = diable, démon, ce sacré…, ce satané…, ce putain de… 

Saatana = Diable, Satan  (révolte verbale avec ton menaçant mais il convient aussi pour exprimer une douleur, saloperie de merde, ou encore un très jouissif Nom de dieu de putain de bordel de merde de saloperie de connard d’enculé de ta mère ! 

Vittu = chatte, con, aïe ! oups là ! saloperie de…, connerie de…, putain, merde, ‘fait chier, peut être suivi d’un « ei voi olla totta ! » = j’y crois pas, c’est pas possible, oh c’est pas vrai, j’hallucine !

”Lopetahan kiroilu, tai siistin suusi ». (”Arrête de jurer ou je te nettoie la bouche !), ca c’est une menace !;) 

ca sent l’automne

Mercredi 26 septembre 2007

ma réponse aux défis
Album : ma réponse aux défis
parce que mes bloggeuses Finlandaises préférées en France ne peuvent plus profiter des couleurs de l'automne Finlandais, je leur envoie quelques photos d'ici.
11 images
Voir l'album

ras-le-bol

Mercredi 19 septembre 2007

ras-le-bol dans voyage stop1

Parfait, vous venez de créer un blog sur un thème qui vous tient a cœur et vous rêvez désormais d’y voir apparaître tout un tas de commentaires gentils et de suggestions concernant le contenu de votre nouveau né ! Vous souhaitez qu’il devienne très populaire, qu’il attire les lecteurs, qu’il cartonne dans la blogosphère. En plus des « SPAM », laissez-moi vous mettre en garde contre un phénomène qui vient briser cette utopie et peut-être que certain(e)s d’entre vous vont se reconnaitre dans ce post pour avoir reçu le même type de messages qui ont vraiment le don d’énerver les bloggeurs.   

Parce qu’on a toutes les chances, lorsqu’on google Finlande de se retrouver sur ce blog j’ai reçu, depuis sa création, des emails complètement hallucinants et sérieux de la demande en mariage à la demande d’aide financière en passant par des emails de détresse de gens prêts à tout pour quitter leur pays et être sauvé de la misère. J’ai reçu des numéros de téléphones et des adresses mail par dizaines, des emails pratiquement illisibles ou incompréhensibles agrémentés de quelques prières en mon nom afin de les aider à fuir leur piètre vie, les conseiller dans leurs démarches administratives, traduction, formulaires. Certains plus francs, exposent fièrement leur penchant pour les blondes aux yeux bleus comme la principale raison de leur volonté d’expatriation (sans biensur se soucier du fait que je ne suis moi-même pas Finlandaise et pas blonde!) 8 ans dans le pays ca ne veut pas dire pour autant que je vais à la pêche avec le personnel de l’ANPE ou que je vais boire le thé les dimanches avec la ministre de l’immigration ! Désolé si certains lisent entre les lignes de ce blog que je me serais lancé dans des activités d’agence matrimoniale ou d’Armée du Salut j’suis pas wonderwoman et mon porte-monnaie n’est pas suffisamment garni pour généreusement sauver le monde de ses malheurs et réfugier tout le monde chez moi ! 

Rien pourtant dans mon profil, ne laisse supposer que j’appartiens à un organisme d’accueil d’étrangers alors je ne comprends pas pourquoi certains s’obstinent à m’envoyer leur lettre de motivation ou leur CV en me demandant si ils ont des chances de trouver un boulot sur le territoire. (Ca y est les chiffres de mon compteur vont témoigner que je viens de perdre la moitié de mes lecteurs !) Entre les ados de 17 ans qui veulent s’installer au pays sans aucun bagages professionnels avec pour seule langue celle de l’amour, parce qu’ils s’intéressent à tout ce qui est blond et a une paire de seins et les hommes trop murs de pays corrompus qui seraient prêts à se marier illégalement avec un poteau électrique Finlandais pour fuir leur pays au profit d’un lieu plus « sure », moi je vous le dis ce monde est fou ! Milles excuses à celles ou ceux avec qui j’aurais pu être rude dans mes propos et qui s’intéressent véritablement au pays et à sa culture. Sur le Net, les intentions des gens ne sont pas toujours évidentes, entre ceux qui souhaitent vraiment obtenir davantage d’informations sur le pays et ceux qui utilisent cette excuse codée pour obtenir mes mensurations (ben oui y’a des pervers sur le Net, c’est pas un scoop!) il faut effectuer un tri. 

Je rappelle que j’ai crée ce blog dans l’objectif de faire découvrir le pays, sa culture et ses habitants, partager mes expériences, des opinions et en discuter, et de répondre du mieux que je peux aux questions des étudiants, des futurs expatriés ou tout simplement des gens qui s’intéressent vraiment à la Finlande. L’idée de s’installer temporairement ou définitivement dans un nouveau pays est toujours angoissante et je comprends que beaucoup se posent une tonne de questions même après avoir épluché toutes les brochures touristiques et les sites Internet qui abordent le sujet. Alors STOP aux messages de détresse!!!

Les conflits du bilinguisme

Lundi 10 septembre 2007

Les conflits du bilinguisme dans voyage

J’enfile mon armure une fois de plus pour aborder sur ce blog un sujet délicat et dont on tait trop souvent l’existence : le conflit des 2 langues officielles du pays, le finnois et le suédois. De toute évidence, les étrangers qui ont l’occasion de venir au pays remarquent vite qu’il existe des tensions entre Finnophones et Suédophones. En fait, si le bilinguisme du pays est exemplaire dans le monde, sa législation pose en pratique quelques problèmes.

On nous parle de municipalités unilingues finnoises, de villes unilingues suédoises, de localités bilingues à majorité finnoise et de communes bilingues à majorité suédoise ou encore de Finnophones, de Fennophones et de Suédophones. Ca m’a pris du temps avant que je me mette dans la tête que les fennophones sont des Finnois, alors que les suédophones sont des Finlandais qui parlent Suédois y’en a pour qui c’est du tout cuit !

Même si les chiffres ne sont pas très bien répartis avec seulement 6 % de suédophones juridiquement parlant, le suédois en Finlande n’est pas considéré comme une langue minoritaire. En théorie Finnophones et Suédophones sont à statut égal et jouissent des mêmes droits et des mêmes services. Pour bien comprendre le droit des langues en Finlande, il faut se référer à la règle des 6 % et 8 % (Loi sur les Langues, 2004) sachant qu’une municipalité peut être à majorité finnoise ou à majorité suédoise. Si la minorité constitue 8 % et plus de la population le bilinguisme officiel est obligatoire pour tout ce qui concerne les services administratifs, gouvernementaux ou municipaux. Si la minorité constitue 6 % et moins de la population, la municipalité perd son statut bilingue; aucun droit linguistique n’est reconnu à cette minorité.

Ex : Dans les municipalités bilingues à majorité suédoise, c’est le bilinguisme intégral dans l’administration locale, le commerce, l’étiquetage, le transport, la radio, les journaux, les écoles, la langue de travail, etc. L’affichage bilingue est obligatoire mais prioritairement en suédois. Dans les municipalités bilingues à majorité finnoise, les autorités appliquent un processus similaire avec pour priorité cette fois le finnois.

La croyance générale veut que les suédophones se retrouvent surtout dans la classe bourgeoise. Rappelons que la Finlande n’a été pendant longtemps qu’une petite province de l’empire de Suède, par conséquent un vague sentiment d’infériorité s’est propagé dans le peuple Finnophone. Parce que les Finlandais de langue suédoise sont pour une partie les descendants de colons suédois ils sont souvent considérés à tort par les finnophones, comme faisant partie d’une élite c’est à dire financièrement plus aisés, favorisés dans certains milieux professionnels, plus éduqués et plus ouverts…un peu comme s’ils étaient les chouchous de la classe a qui on donnerait des bonnes notes sans justification! Bref de quoi susciter une jalousie (voire une envie) grandissante entrainant des préjugés. Face à la majorité Finnophone et donc, à une éventuelle menace de monolinguisme, les Suédophones ont jugé nécessaire de défendre activement leurs droits linguistiques (assemblée Folktinget) ce qui a probablement contribué au malaise dans la population. Le suédois a été pendant des siècles la seule langue de l’administration, le finnois représentait la langue des campagnes par conséquent on peut deviner qu’abandonner sa langue maternelle par solidarité au profit du finnois n’est pas une pratique courante !

Quelques études sur le sujet ont révélé que Finnophones et Suédopones vivaient à ressources égales, mais il est vrai que les Suédophones sont plus représentés dans certaines professions (avocats, médecins, entrepreneurs). Il est aussi important de noter que le taux de chômage est aussi beaucoup moins élevé au sein de la population Suédophone et que dans certains endroits de la capitale, les hommes Suedophones gagnent jusqu’à 17 % de plus du salaire des Finnophones.

 

quelques liens utiles pour en savoir plus sur le système:

http://www.folktinget.fi/pdf/publikationer/SwedishInF.pdf http://fr.wikipedia.org/wiki/Su%C3%A9dois_en_Finlande

http://fr.wikipedia.org/wiki/Su%C3%A9dois_obligatoire_en_Finlande