Archive pour mars 2009

Le bouton d’acné de la Finlande

Jeudi 5 mars 2009

Le bouton d'acné de la Finlande dans voyage medical_~k0696163

Je me souviendrais toujours de cette fois ou l’on m’a verbalement assassinée pour avoir eu le malheur de dire que la France possède une plus grande variété de yaourts que la Finlande…ce jour là plutôt que de déclarer que les français sont de gros consommateurs de yaourts (ce qui était d’ailleurs le résultat d’une recherche et non pas le fruit de mon imagination) j’aurais du me souvenir que donner aux Finlandais un sentiment d’infériorité quelconque allait m’attirer des ennuis…au lieu de ca j’aurais du m’extasier qu’en Finlande on trouve du yaourt en brique de 1 litre et des pots individuels mais ca ne m’est pas venu à l’esprit…

La loi de la jungle ici c’est qu’un étranger doit pleinement se satisfaire de ce que le pays d’accueil lui offre et surtout ne pas avoir d’autres prétentions… Il y a bien assez de produits Finlandais à notre disposition pour qu’on ait envie d’une crème Mont Blanc pistache ou d’une Mamie Nova noix de coco!… éprouver une envie pour un produit qui n’existe pas ici (et qui n’a pas encore percé le marché de consommation) équivaut presque à insinuer qu’il y a une faille dans leur système…

Ce jour là j’ai eu la preuve qu’il existe des Finlandais qui ne sont pas si ouverts d’esprit. Des Finlandais qui à la moindre contrariété, la moindre critique (provenant d’un étranger de surcroit) sur un aspect de leur culture se mettent dans tous leurs états et perçoivent cela comme une attaque directe! Forcément l’étranger qui avance une telle idée ne peut-être qu’arrogant, intolérant et irrespectueux… Je sais bien ce qu’on pense de moi à ce moment là, « si elle n’est pas contente elle n’avait qu’à rester en France, non mais sérieusement pour qui elle se prend cette pimbêche ? (sous-entendez: gréviste prétentieuse mangeuse d’escargots à talons aiguilles qui ne parle pas un mot d’anglais et croit tout savoir…)

Les plus patriotiques, les plus nationalistes des Finlandais qui séjournent 2 semaines à l’étranger ne pensent qu’à leur retour au pays pour pouvoir manger du ruisleipä et du salmiakki…boudant les spécialités locales. Rien ne semble pouvoir égaler la qualité de vie en Finlande, on voyage juste pour se rassurer sur sa condition et on éprouve une grosse satisfaction à examiner si oui ou non l’herbe est plus verte ailleurs.

La société me scrute d’un œil douteux parce que je n’apprécie pas de m’enivrer à ne plus me souvenir (si ca m’arrive c’est un accident !), parce que je peux compter les fois ou je suis rentrée dans un Mac Donald sur les doigts d’une main, parce que j’achète des tomates Espagnoles (essayez et vous sentirez aussitôt les regards accusateurs se poser sur vous!), parce que je ne m’intéresse pas le moins du monde au sport (particulièrement s’il est imbibé de doping et de gens malhonnêtes au QI d’un lombric).

Chacun voit les choses à la lumière de sa culture mais trop rarement ici on tente de comprendre les choses à travers les yeux de l’autre. Peut-être pour ne pas justement entendre la réalité. Mes révélations fâchent, mes points de vue dérangent, mes arguments agacent, je suis le bouton d’acné de la Finlande ; je n’embellis pas le décor et on ne me fera pas déguerpir à coups de Clearasil…les Finlandais préfèrent jouer la sourde oreille et penser que je suis un cas isolé…

La pensée Finlandaise est assez uniforme; il faut traverser la route quand le bonhomme est vert, acheter les produits nationaux pour faire marcher l’économie, manger de la soupe de petits pois le jeudi, partir au ski l’hiver et au mökki l’été, respecter les horaires…la personne qui ne se plie pas à ces règles est montrée du doigt.

Un jour je sens qu’on a envie de me jeter des pierres parce mon statut d’étrangère ne me donne pas le droit de dire ou pire d’écrire des choses qui les offense. L’autre je sens qu’on envie mon parcours, que me détester n’est pas si simple parce qu’à l’inverse de beaucoup, j’ai su faire les efforts nécessaires pour m’intégrer et non pas tenter d’imposer ma culture ici pour que les Finlandais s’y accoutume. Comment m’en vouloir quand on sait que je n’ai même cherché à forcer mon conjoint à parler ma langue maternelle, et encore moins essayé d’instaurer la bise aux collègues de boulot chaque matin…alors que d’autres au nom de leur culture ou religion ont l’audace d’exiger des piscines ou les sexes opposés ne se côtoient pas, de la viande kasher dans les magasins, la construction de mosquées,…La Finlande ne comprend pas qu’on ne l’accepte pas comme elle est et qu’on tente de la modeler à notre guise, qu’on ne puisse pas se satisfaire de ce qu’elle possède sans vouloir apporter sa touche personnelle.

Les textes de ce site sont une propriété intellectuelle et font l’objet d’un dépôt légal. Toute copie doit être assortie d’une autorisation