Le blues de l’hiver…

Le blues de l'hiver... dans voyage troubled-teenager-swing_~1804856

Hier le jour s’est levé à 8:12 pour se coucher à 15:56 soit une « journée» de 7 h 44 min. Pendant ces heures là, j’avais le nez devant mon ordi avec pour seules lumières celles de mon écran et le néon du plafond. La situation n’est pas encore catastrophique quand on sait que le soleil en général n’apparait que 27 heures en moyenne pendant tout le mois de Décembre (à Helsinki)… Nous voilà donc dans le noir et ce pendant des mois…mon horloge interne est perturbée et mon rythme biologique  confus…pas étonnant que soudainement les autochtones on tous la même envie: fuir le pays pour des terres moins hostiles aux rayons du soleil.

Eh oui, Novembre va mal et nous aussi, s’il était un homme il serait sa gueule de bois, s’il était une femme il serait son cycle de règles douloureuses… ;) un mois qui marque le début des jours obscurs, froids, pluvieux, qui raccourcissent considérablement comme si Axl Rose avait trouvé son inspiration ici pour écrire sa chanson November Rain…La diminution de la luminosité et la grisaille climatique freinent soudainement mon envie de sortir et mes activités extérieures, c’est ce qu’on appelle ici la dépression saisonnière ou encore le blues de l’hiver.

Ce blues est probablement ressenti dans beaucoup de pays cependant la Finlande semble en être l’épicentre, une grande partie de la population Finlandaise est touchée par ce fléau, 12% selon les statistiques contre 3-4 % en France. Chaque année à la même période, mon entourage se demande ce qu’il peut bien avoir de plus ici qu’il n’y a pas en France pour que je soie venue m’installer dans ce pays de mon propre gré.
Le bourdon ne m’épargne pas, ni d’ailleurs mes confrères étrangers résidant ici, personne ne semble immunisé contre la morosité de Novembre et c’est selon moi à ce moment là qu’on regrette d’avoir quitté son pays pour un pays Nordique et non un pays du Sud. Mais pourquoi donc aller se réchauffer au soleil quand on peut aller se les geler au Nord ???

Certes on serait tous probablement mieux quelque part sous les cocotiers mais on vit ici et il faut assumer tout au long de l’année…Il nous faut subir les aléas du temps.
Moi aussi j’ai le moral à zéro, des fringales régulières, l’envie de dormir beaucoup plus que d’habitude et que nécessaire. En plus de cela, j’éprouve un manque d’intérêt général, je suis nostalgique. J’éprouve des difficultés à me concentrer, un sentiment d’isolement et des idées bien noires me viennent à l’esprit. Comme si ca ne suffisait pas il semble que les microbes profitent de cette période d’affaiblissement physique et moral pour tenter de m’attaquer.

La responsable de cette dépression saisonnière est une hormone secrétée par notre corps: la mélatonine. Son taux varie en fonction de notre exposition au soleil. Des techniques telles que la luminothérapie et la photothérapie (sources de lumière artificielle intense) permettent de lutter, efficacement je ne sais pas car je n’ai pas essayé, contre la dépression.
Moi qui habituellement tente de fuir la fête du petit-noël, cette année à ma grande surprise j’étais une des premières à m’inscrire, je comprends enfin la véritable signification et le besoin absolu d’organiser ce type de fêtes. Les entreprises se doivent de divertir leurs employés en cette période tristounette, elles doivent s’assurer que la motivation et l’ambiance collective n’est pas affectée par cette dépression saisonnière générale. Une sorte d’étrennes anticipées pour les employés qui ne doivent en principe rien débourser.

Dès que les beaux jours reviendront et que le soleil brillera à nouveau la dépression saisonnière disparaîtra…c’est comme ca tous les ans…

9 Réponses à “Le blues de l’hiver…”

  1. LOLOTAHITI dit :

    Et ben des gros bisous ensoleillés de Tahiti alors où l’été s’annonce chaud, en direct depuis mon salon climatisé…. le monde à l’envers…

  2. jockbatt dit :

    Pareil pour moi… hier levé à 12h30 puis sieste en apres-midi et couché à 23h… peu de motivation, des idées noires… Heureusement, le thermometre semble passer en-dessous du 0 mais pour combien de temps… Moi je prends de la vitamine D en comprimé, je sais pas si ca aide vraiment…

  3. Nathalie dit :

    Même problème pour moi, je crois qu’on est peu à y échapper vraiment, même si « seulement » 12% sont en véritable dépression. En tous cas tu décris très bien les symptômes !

    L’année dernière j’ai été un peu prise par surprise, c’était mon premier hiver en Finlande, mais cette fois-ci je compte me battre. Mon but c’est de prévoir plein de trucs à faire qui m’empêchent de devenir molle et mélancolique… Ce week-end c’était piscine et longue ballade, après il y aura un pikkujoulu, je vais tenter de nouvelles recettes de cuisine et j’ai une liste de bouquins qui m’attendent… Quand il fera assez froid mes patins seront de sortie, et je compte presque un mois de shopping intensif pour trouver exactement les cadeaux de Noël qui plairont à chacun !

    En tous cas, bon courage à tous et à toutes ;)

  4. Lolotahiti: merci tout plein pour le soleil, j’en ai bien besoin…au moins t’es pas aussi maso que moi, t’as choisi un pays où le mot déprime ne doit même pas figurer dans le dico de la langue…

    Jockbatt: quel pays de ouf!en plus j’avais raison, le vent et le froid ont frappé, j’ai une infection dans l’oeil comme par hasard juste la semaine ou je dois aller essayer mes lentille de contact et juste la semaine ou j’ai le petit Noel de la boite…quelle merdouille!:(

    Nathalie: tous les ans moi aussi je me bats pour lutter contre la grisaille mais les microbes finissent toujours par m’atteindre et ca me fout le bourdon. J’essaie tout comme toi de sortir, de m’occuper un maximum pour oublier que dehors il fait noir, mais le moral n’est quand même pas le même que quand y’a un rayon de soleil et de la neige…

  5. Damien dit :

    Chère Alexia,

    Que je te comprends… L’hiver dernier je l’ai passé en Finlande. J’ai vécu ce terrible mois de novembre, où tout est noir, sans encore de neige pour égayer tout cela. L’an dernier, à Helsinki à tout le moins, la neige a d’ailleurs fait défaut comme rarement auparavant. J’ai senti mon rythme se ralentir, vécu dans le noir. Et pourtant…. Deux remarques qui me tracassent.

    1. J’ai été davantage déboussolé à l’approche de l’été, quand le soleil pointait à 3h pour se coucher à 23h… Malgré des rideaux anti-lumière relativement efficaces, mon horloge était complètement détraquée et je ne dormais plus que 3h par nuit, sans fatigue… J’ai follement apprécié cette période où je pouvais aller me ballader à 3h du matin en plein soleil, passer sa nuit en boîte sans se rendre compt ede la nuit.
    L’hiver je pense m’a bien affecté, c’est indéniable, mais c’est quelque part plus familier. Ici je suis même surpris que la jour commence à tomber vers 17 ou 18h… cela me parait si tôt pour la France.

    2. Ces derniers temps, je crois que la Finlande me manque plus que jamais. Son climat, froid, venté, obscur. Sa chaleur à l’approche de l’indépendance du 6 décembre, de noël, du glöggi etc. Je me souviens de ces ballades sous la neige, les oreilles rouges, le manteau claquant dans le vent… Ces brèves sorties par -15. Bref c’est l’ensemble de ce que j’ai vécu en Finlande qui me manque terriblement…. Peut-être ma façon de vivre la dépression saisonnière… somatisant ainsi mon manque.

    En tout cas, gros bisous et bon courage.
    Damien

    ps: mille excuses pour cette période d’hibernation…

  6. Julie Poujol RTL dit :

    Bonjour, et félicitation pour votre blog !
    Je me permets de vous contacter car je prépare une émission pour le jour de noël , qui sera enregistré début décembre, le 9 plus précisément. Il s’agira de découvrir Noël à l’étranger au travers des témoignages de français expatriés ! Les animateurs seront Sébastien Folin et Liane Foly. Cela prendrait environ 15minutes, bien sûr nous nous organisons au maximum autour des décalages horaire.
    Si l’aventure vous tente contactez moi pour avoir tous les détails !
    J’espère à très vite,
    Bien à vous,
    Julie Poujol.

  7. Marine dit :

    salut je m’appelle Marine. si j’ai bien compris t’as sauté dans l’avion pour vivre en Finlande?
    il fallait du courage
    je m’apprete peut être a y allé pour un mois
    serait il possible que tu m’en parle un peu :)
    merci
    marine

  8. Helran dit :

    ô dépression saisonnière.
    A plusieurs reprise en cours on a abordé les dépressions, dont saisonnière, avec à chaque fois la Finlande comme exemple et pour cause, la principal touché. « Mes camarades veulent m’offrir un Kit de survie en Finlande » dont la technique de luminothérapie dans ce fameux kit.
    Technique ça marche, notre rétine est très sensible à la lumière. Mais faut pas l’utiliser n’importe comment/quand au risque de complètement déréglé l’horloge biologique.

  9. Heidi dit :

    Hei!

    J’ai apprécié la lecture de vos mails, j’ai même hurlé de rire en parcourant celui de Damien :)

    L’hiver nordique peut en effet être une épreuve dure à traverser pour un(e) étranger(e), mais je vous assure que pour une finlandaise, l’hiver français l’est tout autant!

    Pour tout vous dire, je hais la grisaille, le brouillard et le manque de neige; je peine à supporter cette humidité permanente qui pénètre dans les maisons isolées à la française…

    Cette année nous avons eu la chance de profiter des températures un peu plus fraiches que d’habitude. Un mois de neige dans l’est de la France – Quel bonheur :D !

    Bonne continuation à vous tous
    Heidi

Laisser un commentaire